La flore

Le massif du Vuache et son piémont possèdent une richesse botanique exceptionnelle avec 1 100 plantes répertoriées sur les 2 500 espèces présentes en Haute-Savoie. Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette diversité floristique et notamment l’opposition très nette entre un versant sud-ouest abrupt, très chaud et un versant nord-est en pente douce, frais et humide.

La flore vernale est particulièrement spectaculaire : Jonquilles (Narcissus pseudonarcissus), Corydales à tubercule plein (Corydalis solida) et creux (Corydalis cava), Scille à deux feuilles (Scilla bifolia), Nivéoles de printemps (Leucojum vernum). C’est la plus belle station départementale de dent de chien (Erythronium dens canis) , l’emblème du Vuache.

Le Vuache abrite également des espèces dont il est la seule localité du département : la Fraxinelle, l’Hélianthème de l’Apennin et le Buplèvre à feuilles de jonc.

Il est le refuge de plantes méridionales : les pentes et rochers calcaires exposés au sud permettent le développement d’une flore thermophile (qui aime la chaleur) et xérophile (qui supporte la sécheresse), comme le Fragon petit houx (Ruscus aculeatus) ou l’Erable de Montpellier (Acer monspessulanum).

Quelques vires herbeuses hébergent également des plantes remarquables comme le superbe Lis orangé (Lilium bulbiferum var croceum), devenu très rare, ou le très printanier Bulbocode (Bulbocodium vernum).

Pelouses et prairies sèches constituent aussi des zones de richesses écologiques remarquables, abritant une flore rares et très diversifiées, avec notamment de nombreuses orchidées.

Bilan patrimonial : 1 espèce d’intérêt communautaire : le Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus) et 86 autres espèces d’intérêt : 5 protégées au niveau national, 13 protégées au niveau régional, 20 sur liste rouge régionale et 48 sur liste rouge départementale.

Le Vuache et ses plantes : catalogue floristique

Le Vuache a attiré très tôt l’attention des naturalistes et en particulier des botanistes genevois. Les premières mentions de plantes vuachiennes sont trouvées dans le Catalogue des plantes vasculaires qui croissent aux environs de Genève de George F. Reuter (1832). Depuis, le Vuache n’a pas cessé d’intéresser les amateurs de plantes. Une étape importante est franchie avec l’ouvrage de John Briquet : Le Mont Vuache. Etude de floristique. (1894).

Le territoire du Vuache se révèle être un « hot-spot » de la biodiversité végétale départementale. Chaque année apporte son lot de nouveautés floristiques et il était devenu urgent de faire un bilan des connaissances en ce domaine. Ce fut également l’occasion d’appréhender les modifications intervenues au cours des derniers siècles, car si nombre de plantes ont été découvertes, il faut malheureusement noter la disparition de certaines d’entre elles en raison des modifications du milieu, qu’elles soient dues à l’évolution spontanée des écosystèmes ou aux activités humaines. La mise à jour de nos connaissance floristiques était aussi nécessaire pour rendre plus pertinentes nos opérations de gestion du milieu. En effet ces interventions sur le milieu ne se justifient que si le capital biodiversité en sort renforcé.

L’intérêt de ce travail n’a pas échappé aux responsables de la vénérable Société Botanique de Genève qui ont accepté avec enthousiasme de participer à l’édition de cet ouvrage que, toute modestie mise à part, nous avons plaisir à qualifier du titre de Nouveau Briquet.

Commander le catalogue

Le SIV remercie les auteurs de ce travail, Jacques BORDON, Denis JORDAN et Fernand JACQUEMOUD qui, depuis plus de 40 ans, parcourent avec le même enthousiasme le Vuache, à la recherche de plantes courantes ou rares.

Base de données floristiques du Vuache et son mode d’emploi


Mairie – 1, rue François Buloz
74520 VULBENS
Tél. : 04 50 04 62 89 – Fax : 04 50 04 27 63
syndicat.vuache@orange.fr

Droits d’auteur

La reproduction, l’utilisation, l’exploitation des photographies, des images, des cartes, des textes, des éléments graphiques et plus généralement de tous les éléments de publication du site sont interdites sans accord préalable de leurs auteurs.

Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.